Les rapports d'activités

Le projet de service prévention spécialisée

Introduction

  • Le projet de service s’inscrit dans les missions de la Protection de l’Enfance. Il est fondé sur les valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité.

  • Dans le respect d’une éthique professionnelle, les éducateurs et les éducatrices agissent pour que chaque personne accompagnée acquière les ressources et les compétences nécessaires pour lui permettre d’exister :

    •    en tant qu’être et citoyen reconnu,
    •    comme sujet de droit et de devoir,
    •    dans le cadre d’objectifs évaluables.
  • Par des actions éducatives individuelles et collectives, en prenant en compte la singularité de chaque personne et en agissant sur l’environnement social, la mission du service est d’accompagner des jeunes en difficulté dans une démarche favorisant l’expression, l’écoute, la relation, la protection.

  • Le projet de service est le garant d’une organisation fiable, dans une visée de développement social


Principes éducatifs

  • Aider le jeune à évoluer dans un cadre avec des références collectives, lui donner les moyens de comprendre et d’évoluer.
  • L’aider à faire ses propres choix, en lui transmettant des valeurs, en lui donnant la possibilité d’avoir une place dans la société en tant que citoyen sujet de droit et de devoir.
  • Structurer, personnaliser, socialiser, valoriser en transmettant du savoir-être et du savoir faire.
  • Accompagner le jeune et sa famille dans une dynamique d’insertion sociale, professionnelle, scolaire, familiale, culturelle.
  • Favoriser l’accès aux droits fondamentaux.

    Ces principes sont mis en œuvre par :

    •    Une approche globale de la personne dans son environnement social et familial et la mise en œuvre de pratiques diversifiées et adaptées aux besoins.
    •    La mise en place :

    -    D’actions individuelles,
    -    D’actions collectives,
    -    D’actions sur le milieu.

    •    Une approche participative qui considère toute personne comme :

    -    en capacité d’agir et de développer des compétences,
    -    Porteuse de potentiel pour résoudre ses problèmes.

    •    Un travail partenarial adapté.

Objectifs généraux


Objectif général 1

Favoriser la rencontre avec le public jeunes et leurs familles et développer le lien social sur les territoires d’action.


Objectifs opérationnels

    Actualiser la connaissance des problématiques des quartiers,
    Etablir des liens permanents avec le public, les habitants et les structures des quartiers,
    Accueillir de façon souple et adaptée au regard des réalités des jeunes,
    Aller à la rencontre du public sur les quartiers.


Moyens

Le travail de rue, une présence sociale visible et durable.

C’est par l’observation des comportements et des conduites des jeunes, l’analyse des types de sociabilité émergeants et de regroupements chez les jeunes, que nous pouvons construire des stratégies d’actions, hiérarchisées dans le temps.
La continuité du travail d’approche des acteurs afin d’avoir une bonne connaissance et maîtrise de l’environnement institutionnel mais également d’établir des relations de confiance réciproque favorisant les accompagnements individuels et/ou collectifs.
C’est une présence éducative qui fait référence à l’individu, à la personne en souffrance, en difficultés dans sa globalité.
Il permet entre autre :

•    D’aller au devant de groupes de jeunes,
•    De repérer les temps forts de la vie sociale du quartier,
•    De se faire connaître de la population,
•    D’aboutir à des suivis individuels sur la base de la libre adhésion.

Cette présence de rue est organisée et planifiée lors des réunions d’équipe .Elle se fait dans la mesure du possible en binôme, elle est mise en place sur des horaires liés à des moments stratégiques de la vie du quartier (sortie des collèges et écoles) et autour d’objectifs prédéfinis en équipes.
Ces objectifs induisent de définir la pertinence des heures retenues permettant de mettre en place une organisation du travail adaptée



L’accueil informel des jeunes dans le local

Les temps d'ouverture au public sont répartis sous forme de permanences, de rendez-vous et d'accueil de manière à assurer une présence régulière du mardi au samedi.
Durant les vacances scolaires, nous nous efforçons d'établir des permanences presque quotidiennement.


    - 46 -
La nécessité de ce cadre de fonctionnement est un moyen dans l'accompagnement d'un public en difficulté, qui a besoin de repères à la fois souples mais suffisamment précis afin de leur apporter un minimum de règles sociales: ponctualité, respect des rendez-vous, rythme de la journée et tenir compte de la gestion de l’urgence des situations lourdes

L'utilité d'un local pour l'équipe n'est pas à considérer comme un « guichet social » supplémentaire, ni comme un lieu de permanence mais plutôt comme un territoire neutre de rencontre participant à créer la relation de confiance et dès que possible une occasion d'élaboration des projets.

C’est un moment privilégié ou l’éducateur anime des discussions individuelles ou collectives qui permettent aux jeunes d’exprimer leurs aspirations ou les difficultés qu’ils rencontrent. Les actions collectives sont complémentaires à l’accompagnement individuel, elles permettent la mise en œuvre des outils de l’éducation spécialisée tels que l’observation, la dynamique de groupe, la responsabilisation, la valorisation.

Ces outils doivent être explorés régulièrement par les professionnels pour s’adapter aux besoins des publics.
Une attention toute particulière devra être portée aux projets de loisirs afin de ne pas proposer des activités simplement consuméristes.


La Présence sociale
Le travail de rue    La présence informelle dans les structures locales    L’accueil informel des jeunes dans un local
•    Quantifier les Pratiques individuelles et/ou en binôme ? en partenariat ?

•    Pratique à contextualiser lieux / moment / évènements /temps

•    Les enseignements du travail de rue, éléments d’observation sociale    •    Type de structures ou d’équipements

•    Fréquence

•    Motivation de la présence par rapport aux lieux choisis

•    Les enseignements et prolongements de cette présence    •    Horaires d’ouverture

•    Moyenne de jeunes accueillis / ouverture

•    Total de jeunes différents accueillis

•    Les enseignements et prolongements de l’accueil





Objectif général 2


Favoriser l’insertion sociale et éducative des jeunes par un lien permettant l’accompagnement individualisé.


0bjectifs opérationnels

    Développer notre collaboration avec les partenaires et les dispositifs de droit commun œuvrant dans le champ de l’insertion.
    Développer les relations avec les collèges et les écoles, et agir contre les difficultés scolaires.
    Aider au renforcement du lien avec le jeune et sa famille et restaurer la place des adultes - parents dans tous les actes de la vie quotidienne.
    Ecouter, informer, orienter les publics, quelque soient leurs difficultés vers les dispositifs de droits commun et promouvoir des actions.
    Accompagner les jeunes et leurs familles dans leurs projets et leurs demandes.
    Etre à l’écoute des parents demandeurs d’un soutien éducatif.
    Initier des actions d’apprentissage de la parentalité notamment avec les jeunes mères.


Moyens

Les entretiens individuels

L'entretien a lieu au cours d'un rendez-vous, lors d'une permanence ou de manière fortuite à l'occasion d'un travail de rue ou d'une action collective. Toute rencontre individuelle avec les jeunes est pour les éducateurs  un moment où l’on ne perd pas de vue le travail éducatif.

Le savoir faire des équipes dans les techniques d'entretien permet aux jeunes de s'exprimer, d’être dans une relation de confiance, en toute liberté dans le respect de ce qu’ils sont, sans jugement. Ceci n’empêche pas de les renvoyer devant leurs responsabilités face à leurs actes, paroles, attitudes et pour les l’éducateurs d’annoncer ce qui est de l’ordre, du droit, du respect  et des notions de danger.

L'intimité est assurée, et la notion de temps est nécessaire afin d'établir une relation de confiance mais aussi pour connaître la situation et laisser s'exprimer les sentiments. L'empathie, fonction première de l'entretien, n'empêche pas l'exigence, indispensable pour l'évolution du jeune. Le dossier est rempli avec le jeune. C’est le garant de la continuité de l’accompagnement. Quand la situation le nécessite, l’équipe peut être amenée à se positionner en terme de refus de la demande, tout en explicitant, argumentant sa position. C’est à partir de l’entretien que s’élabore le projet.

Il faut souvent plusieurs entretiens afin de construire un projet individualisé en lien avec les difficultés rencontrées par le jeune, ses souhaits, les moyens dont il dispose au moment où est posée la demande.





L’accompagnement individuel

Nous recevons des jeunes âgés de 13 à 25 ans majoritairement pour un travail d’accueil, d’écoute, d’aide et d’accompagnement éducatif (cf rapport d’activités).
Nous travaillons également avec l’accord du jeune et sa famille ainsi qu’avec le milieu dans lequel il évolue.

Notre fonctionnement repose sur les principes de libre adhésion du public en respectant anonymat et confidentialité et sans mandat par rapport aux personnes reçues. Le travail d’accompagnement, des équipes éducatives s’efforce de favoriser l’accès des personnes reçus aux services existants, de rompre avec des réflexes d’assistanat, et de leur redonner confiance.

L’intervention des éducateurs se situe dans une position d’intermédiaire, de médiateur entre le public qui sollicite une aide et les institutions. Cette position d’intermédiaire est renforcée par la confiance accordée à l’équipe éducative. Cette posture permet à l’éducateur de convaincre le public d’intégrer les règles de fonctionnement de l’équipe, afin optimiser l’accompagnement.
Il s’agit d’aider directement des personnes, des groupes, à accéder à des services, de résoudre des problèmes concrets auxquels ils sont confrontés, en s’appuyant sur leurs compétences.

Travail avec les familles et les groupes (habitants)

Le travail avec les familles est de plus en plus important mais pour nombre des jeunes auxquels nous avons à faire et dont les comportements sont considérés comme déviants, la cellule familiale en est souvent déstabilisée (cf rapport d’activités).

Pour certains adolescents que nous rencontrons, cette cellule est souvent monoparentale, et/ou recomposée, et confrontée à des difficultés sociales qui ne facilitent pas l’apprentissage des règles de vie en société.

Sur certains secteurs interventions, le nombre de familles monoparentales qui sollicitent le service de prévention est très élevé. La demande concerne un accompagnement social très souvent en rapport à des difficultés dans l’éducation de leurs enfants adolescents, conflits, carences d’autorité.

Les familles, démunies dans ce qui les touchent  le plus attendent une parole extérieure de compréhension, une écoute, un appui qui conforte ou dérange, mais qui ne soit pas l’indifférence. Si ce travail n’a pas été suffisamment valorisé, il faut développer une expression des familles pour soutenir leurs potentialités

Les Ateliers

Les équipes éducatives peuvent mettre en place afin de répondre au mieux à ces besoins différents ateliers éducatifs répondant aux aspirations du public reçu (vélo, danse hip hop, conception musicale…).
Ces ateliers reste des supports éducatifs nécessaire à la relation éducative, il peuvent dans certains cas être un premier pas faire une insertion sociale.






Les séjours

Chaque séjour doit faire l’objet d’une réflexion globale permettant de proposer un objectif éducatif cohérent. L’organisation du séjour doit tenir compte du but poursuivi. Le budget doit être réfléchi en fonction de la faisabilité financière en tenant compte du principe de réalité. La participation financière des jeunes doit être conçue pour placer les bénéficiaires de l’action comme acteur de celle-ci, pas comme de simples consommateurs passifs.
L’organisation d’activités et de séjours est un moyen supplémentaire de rencontrer les jeunes et les familles, nous permettant d’identifier des problématiques individuelles qui doivent aboutir, sur la base de la libre adhésion à un suivi individuel.

Ces actions sont, en grande majorité, mises en place sur les périodes de vacances scolaires et dans la mesure du possible organisées en partenariat avec les services existants sur la ville et avec les associations locales.     


Chantiers éducatifs d’insertions

Le chantier est un outil, qui permet de repérer un public en difficulté d’insertion, de créer une relation éducative et, par la suite, de travailler sur un projet personnel, individualisé.
En effet, les professionnels  sont souvent confrontés à une demande de plus en plus fort en terme d’insertion liée à une non réponse des services concernés à une offre correspondant la demande de la personne.
Les différentes expériences menées par l’association ont montré que ces chantiers avez plusieurs utilité pour les personnes d’une part de les re-dynamiser sur un projet d’insertion et d’autre par de retrouver les réflexes du travail : contraintes horaires (se lever tôt), rendre compte de son travail, respect des autres et de l’autorité


Aide technique aux projets

Dans le cadre de leurs actions avec les partenaires du secteur les professionnels sont amenés à apporter leurs aides au niveau technique et pédagogique afin de conforter ces associations qui souvent ont des problèmes en personnels qualifiés et par delà on besoin d’un appuie pour avancer dans leurs projets.


Les activités sur place

Elles ne peuvent se substituer aux services, organismes, associations dont c’est la mission.
Elles sont organisées dans le but de :

•    Occuper les jeunes pendant leur temps libre à des moments particuliers en lien avec les réalités locales d’offre d’animation,
•    Apporter des espaces de relation éducative,
•    Travailler sur la socialisation des jeunes,
•    Apporter une amélioration culturelle,
•    Abonder les connaissances,
•    S’ouvrir aux autres,
•    Eveiller les curiosités.



Les manifestations

Chacun doit participer aux manifestations organisées sur les territoires d’intervention.
La participation a ces temps forts est indispensable pour atteindre nos objectifs de lisibilité et visibilité de l’association, et permet de s’inscrire dans la dynamique locale.
Chacun doit participer et proposer la mise en place d’événements qui animent la vie du quartier.
La mise en œuvre de ces actions se fait avec les partenaires locaux, c’est pour l’équipe de prévention un moyen d’être en phase et en contact permanent avec la population (fête de quartier, journée des droits de l’enfant, soirées interculturelles...)


Les actions collectives d’informations

Elles ont pour objectif d’informer les habitants sur des thématiques spécifiques (santé, justice, accès aux droits,...).
Elles sont en général organisées en partenariat avec des intervenants spécifiques spécialisés autour de la thématique proposée.
Elles sont organisées dans les écoles, collège, Maison de quartier ou tout autre lieu.


Les projets spécifiques

Des projets de plus grandes envergures impliquent une attention particulière (chantiers internationaux par exemple) avec l’organisation de réunions internes et externes.
Il est indispensable avant de s’engager, de mesurer la faisabilité du projet et l’engagement qu’il demande en terme de moyens (humains, logistiques, financiers).



























L’accompagnement social et éducatif individualisé
L’accompagnement éducatif individualisé    Le partenariat    Les dispositifs mobilisés

•    Caractéristiques des jeunes

•    Age (tranches 12/15,16/18, 18/25)

•    Situation familiale (couple, couple recomposé, monoparental, nombre d’enfants…)

•    Situation socioprofessionnelle (niveau de qualification, cursus scolaire, situation de décrochage, professionnel…)

•    Logement (logement autonome, logé par la famille, hébergé par un tiers…)

•    Mesures de suivis antérieures (administratives, judiciaires…)
•    Problématiques

•    Nombre de jeunes bénéficiant d’un accompagnement éducatif individualisé

•    Durée de l’accompagnement (3, 6, 12 ou 24 mois et plus)

•    Nombre de jeunes nécessitant une médiation ou un accompagnement familial (ponctuel, régulier)

•    Origine de l’accompagnement ? rencontré par l’équipe ? orienté par un partenaire ? autre…    
•    Partenaires

•    Nombre de jeunes bénéficiant d’un accompagnement éducatif individualisé en commun avec des partenaires

•    Durée de l’accompagnement (3, 6, 12 ou 24 mois et plus)
    
•    C.A.A.

•    F.L.A.J.

•    A.P.J.M.

•    F.D.A.J.

•    Etc.















Les actions éducatives et sociales
Activités éducatives    Sorties éducatives    Camps et week-end
•    Ateliers d’expression (musique, danse, théâtre), ateliers techniques (bois, photos…)
    nombre de jeunes,
    tranches d’âge 12/15,16/18, 18/25)
    nombre de journées,
    encadrement moyen,
    intervenants spécifiques
    participation, autofinancement ;

•    Les enseignements et prolongements    •    Sorties à caractère sportif, culturel, loisirs
    nombre de jeunes,
    tranches d’âge 12/15,16/18, 18/25)
    nombre de sorties,
    encadrement moyen,
    intervenants spécifiques
    participation, autofinancement,
    moyens de transport

•    Les enseignements et prolongements    •    Camps, week-end, départs autonomes
    nombre de jeunes,
    nombre de journées,
    encadrement moyen,
    intervenants spécifiques
    participation, autofinancement,
    type d’hébergement,
    moyens de transport

•    Les enseignements et prolongements (restitution photos, vidéos…



Les méthodes d’intervention spécifiques
Scolarité    Insertion professionnelle    Logement / hébergement    Autres interventions spécifiques

•    Nature des actions (collectives, individuelles…)

•    Nombre de jeunes (soutien scolaire collectif et individuel…)

•    Tranches d’âge (12-15, 16-18)

•    Encadrement, intervenants extérieurs salariés ou bénévoles

•    Fréquence et fréquentation
    
•    Nature des actions d’insertion (chantiers permanents, formation…)

•    Nombre de jeunes

•    Statut des jeunes (contrats aidés…)

•    Encadrement, intervenants spécialisés…    
•    Nature des activités (logements d’urgence, logements transitoires d’insertion…)

•    Nombre de jeunes bénéficiaires

•    Emargement sur des dispositifs de financement (F.S.L…).

•    Situation familiale

•    Accompagnement après la sortie    
•    Type d’interventions, parentalité, santé, addictions, etc.

•    Nombre de personnes concernées

•    Financements distincts







Objectif général 3

Favoriser l’expression des habitants en soutenant et développant  les initiatives collectives

    Permettre l’expression des habitants à partir de leurs préoccupations existentielles et citoyennes.
    Accompagner les projets favorisant la participation des jeunes et des habitants.
    Faire émerger et accompagner les projets des jeunes.
    Impliquer les jeunes et leurs familles dans la vie de leur quartier.
    Participer aux initiatives collectives et les soutenir.
    Développer l’aide technique afin de favoriser les initiatives locales.


Moyens

Les interventions classiques des travailleurs sociaux se font essentiellement à travers un travail individuel.
Mais l’avènement des politiques de la ville, il y a une exigence de travail plus collectif, se faisant avec des groupes, au niveau des dynamiques locales. L’enjeu est important pour les éducateurs interpellés par ces nouvelles pratiques. C’est ce travail à mi-chemin entre socialisation et altérité qui définira la capacité de la prévention spécialisée à concourir à l’amélioration des dispositifs mis en place. C’est le principe même du maillage qui en resserrant les fils du tissu social améliore les liens sociaux.




Actions avec les jeunes et les habitants
•    Fêtes de quartier, réalisation d’un outil de communication (vidéo, journal…)

    Nombre de participants,
    nombre de journées de préparation,
    encadrement moyen,
    intervenants spécifiques,
    participation, autofinancement.

•    Les enseignements et prolongements (restitution photos, vidéos…).












Objectif général 4

Etre un élément moteur et innovant de l’action sociale


Objectifs opérationnels

    Participer aux différentes instances partenariales,
    Informer et former par l’échange permanent,
    Organiser et participer à des journées de réflexion thématiques,
    Développer des actions et des dispositifs d’accompagnements adaptés,
    Promouvoir des actions transversales avec les partenaires.

Moyens

Travail avec les collectifs inter partenariaux

L’ensemble des équipes doit prendre en compte cette dimension partenariale afin de renforcer leur action sur le terrain. Ceci passe par une implication forte dans les actions collectives mais aussi par le travail en réseau dans le cadre d’un accompagnement lourd et complexe nécessitant l’intervention d’autres partenaires cette implication passe par la participation à différentes instances tel que les groupes sociaux éducatifs (G.S.E.) par des rencontre régulière avec les équipe S.S.D. des U.T.P.A.S., mais aussi au travers d’action autour de la santé, sécurité (G.R.P.) groupe de résolution de problème.

Les groupes socio-éducatifs

Face à la nécessité d’organiser des réponses sociales et médicosociales adapté en direction des populations fragilisés et en grandes difficultés, les acteurs sociaux, médicosociaux et éducatifs agissant dans les quartiers de la ville.
On met en place un travail préventif, partenarial et collégial, autour de situation individuelles et/ou familiales particulières, et ce dans le respect des règles éthiques et déontologiques (doc Conseil Général : groupe socio-éducatif juin 2005)

Démarche vers d’autres travailleurs sociaux en lien avec l’accompagnement

Il est impératif pour les professionnels de la Prévention Spécialisée d’avoir une bonne connaissance des acteurs - partenaires sur leur secteur d’agrément. Ceux-ci ont des compétences diversifiées qui permettent de répondre au mieux à la demande du jeune.
Les implications à partir des collectifs sont privilégiées (Collectif Animation, Collectif santé, groupes d’aide pour les parents…) développant des thématiques visant par des actions collectives à l’insertion, l’intégration des jeunes.
Des relations privilégiées sont mises en place avec les structures d’insertions (Mission Locale, A.N.P.E., M.I.E., chantiers - Ecole…), afin de renforcer l’accompagnement.









Mise en place et/ou participation aux dispositifs Ville (A.N.R.U., Nos Quartier Eté...)

La Prévention est au cœur des multiples bouleversements sociaux, de mutation des quartiers sur les secteurs ou elle intervient. Ceci suppose une implication de la part des équipes éducatives dans les différentes réunions de quartiers (A.N.R.U.) agence nationale de rénovation urbaine. Ceci afin d’apporter sont expertise sur la situation des secteurs et par de la construire avec les acteurs des projets au service des habitants.
Elle doit aussi s’impliquer dans les actions animations mises en place soit par les acteurs du secteur, soit dans le cadre de dispositif  spécifique tel que Nos Quartier Eté.
Cette participation n’est en dehors de l’action des équipes, mais plutôt un complément à l’accompagnement du public.

Travail avec les Collèges

L’association, dans le cadre de l’implication forte des équipes éducatives au sein des collèges, a obtenu deux postes A.L.S.E.S. (Acteur de Liaison Sociale dans l’Environnement Scolaire) reconnaissant le travail entrepris depuis années.
En effet, ce dispositif à pour objectif, d’avoir une action éducative auprès des jeunes et de leurs familles afin de renforcer les liens entre le collège, la famille, le quartier.
Ils ont également un rôle à jouer au sein du collège lui-même, en terme de régulation des tensions entre jeunes et adultes.
La réussite des ces postes nécessite un travail préalable de concertation et de formalisation d’un réelle partenariat garantissant une adhésion des enseignants et des assistants sociaux affectés au collège.

Organisation de journées thématiques

Les professionnels peuvent organiser dans le cadre de leur action auprès du public des manifestations autour de thématique liée à une approche éducative comme la sécurité routière, conception musicale, ou de débat public autour de la santé, citoyenneté.
L’objectif étant de faire participer le public à ces actions, qu’il soit acteur à part entière, en leur permettant d’être valorisé auprès des partenaires politiques et financiers.  





















Axes d’intervention à privilégier


    Les besoins de travail sur les différents aspects relatifs à la vie scolaire et à la prévention de la déscolarisation

-    Développer et coordonner l’accompagnement par rapport à la scolarité,
-    Favoriser le réseau pour une meilleure réussite scolaire,
-    Améliorer les relations partenariales en consolidant le réseau entre l’éducation nationale et les acteurs sociaux présents sur la ville,
-    Favoriser la mutualisation des compétences pour améliorer la socialisation des jeunes dans le cadre scolaire,
-    Favoriser un travail inter partenarial sur la thématique de l’orientation des jeunes après la classe de 3ème,
-    Améliorer la prise en charge des jeunes après leur sortie du système scolaire : mission locale, A.N.P.E.,
-    Améliorer la prise en charge des écoliers pendant les temps hors scolarité : cantine, sorties d’écoles, temps dédiés à la vie scolaire, temps de paroles.

    Les besoins en matière de loisirs, d’activités socioculturelles pour des jeunes

-    Développer l’accès des jeunes à l’offre existante en recherchant la fidélisation des jeunes dans les structures,
-    Améliorer la communication sur l’existant,
-    Améliorer la coordination entre structures de loisirs,
-    Favoriser la complémentarité des actions proposées,
-    Favoriser la participation active des jeunes à l’élaboration des projets,
-    Privilégier les modes d’accueil susceptibles de favoriser l’adhésion des jeunes,
-    Impulser une dynamique rendant les jeunes acteurs de l’amélioration de leur cadre de vie sur la ville.

    Les besoins concernant les jeunes de moins de 18 ans.

-    Favoriser la mixité en développant des activités de loisirs et culturelles,
-    Favoriser les actions éducatives encadrées,
-    Renforcer le sentiment d’appartenance citoyen,
-    Favoriser les actions collectives socialisantes,
-    Penser à des actions originales et innovantes s’appuyant sur leurs centres d’intérêt.

    Les 16 à 18 ans

Pour ceux sortis du système scolaire :
•    Améliorer les réponses face au manque de solutions, peu ou pas de formations, très grandes difficultés pour accéder au marché du travail,
•    Lutter contre l’oisiveté en développant des réponses originales et innovantes, tel que ateliers de production. chantiers écoles, école de la 2ème chance, classes intermédiaires,
•    Promouvoir des structures de formation adaptées,
•    Les aider à mieux définir leur projet d’insertion sociale,
•    Développer une prise en charge globale coordonnée.



Pour les 16-18ans :
•    Favoriser les actions collectives socialisantes,
•    Développer les actions citoyennes,
•    Renforcer l’accès à des activités à caractère culturel en direction des jeunes,
•    Susciter l’intérêt pour les mouvements associatifs locaux,
•    Faciliter l’accès aux activités de loisirs et de vacances,
•    Ouvrir plus largement les installations sportives,
•    Adapter l’encadrement aux besoins de cette tranche d’âges,
•    Favoriser la mixité,
•    Développer des actions de prévention autour de thématiques socialisante notamment au sein des établissements scolaires.

    Les 18 à 25 ans

•    Améliorer le suivi individuel des jeunes majeurs en fin de prise en charge par les services sociaux,
•    Organiser un partenariat élargi pour améliorer les parcours d’insertion,
•    Rechercher des solutions de formation alternatives de proximité,
•    Favoriser l’intérêt pour le mouvement associatif.

    En ce qui concerne des lieux s’adressant aux jeunes

-    Relancer les jeunes vers les projets et activités des structures d’animation,
-    Proposer des réponses souples et s’adaptant aux aspirations des jeunes,

    En ce qui concerne la parentalité

-    Améliorer la connaissance des situations des familles hébergées,
-    Aider et soutenir les parents dans le suivi de la scolarité de leurs enfants,
-    Renforcer le lien entre les parents et l’institution scolaire,
-    Renforcer les initiatives de sensibilisation autour de la fonction parentale,
-    Redonner une place éducative aux adultes,
-    Accompagner des familles dans leurs difficultés sociales.

    En ce qui concerne le développement social et les relations inter générations

-    Développer des actions de solidarité permettant l’ouverture de jeunes aux autres,
-    Favoriser la participation citoyenne des jeunes et des habitants au développement de leur quartier par la création de collectif d’habitants,
-    Soutenir l’initiative des jeunes voulant créer une association,
-    Concourir à l’amélioration des liens intergénérationnels en développement des projets ou actions de jeunes avec ou vers les personnes âgées et en général public adulte,
-    Encourager le bénévolat des adultes et des jeunes,
-    Faire participer les adultes à l’amélioration de la sécurité des enfants notamment en ce qui concerne les passages piétons proches des écoles,








En ce qui concerne la santé des jeunes

-    Prévenir les situations de « repli sur soi »,
-    Collaborer avec les structures spécialisées à la prise en charge des situations individuelles notamment au niveau de la santé mentale et psychologique,
-    Améliorer la coordination des services sociaux et de santé,
-    Apporter une vigilance pour tout ce qui concerne les problèmes de santé et d’hygiène,
-    Veiller à la prise en charge des jeunes mères adolescentes,
-    Promouvoir des actions transversales avec les partenaires.



Concernant le partenariat

    La question de la lisibilité des interventions des différents acteurs en direction de la jeunesse, de la connaissance des missions et projets de chacun

-    Diffuser l’information relative aux activités proposées sur la Ville,
-    Connaissances des actions de chacun,
-    Améliorer la complémentarité,
-    Renforcer la mutualisation pour les situations en marge des missions,

    La question des articulations entre acteurs et du travail en réseau

-    Redynamisation du partenariat autour de la prise en charge éducative des jeunes,
-    Améliorer la liaison entre les partenaires,
-    Renforcer la collaboration partenariale autour des situations individuelles repérées et multi problématiques,
























    - 59 -
3.3.    Suivi et évaluation du projet

L’évaluation est un outil qui permet :

    De mesurer les actions,
    De mesurer l’opportunité, de continuer ou d’arrêter un projet,
    De réajuster les objectifs au regard de l’évolution de la réalité locale,
    De mettre en oeuvre de nouveaux projets,
    D’appréhender de nouveaux besoins.

Chaque projet mis en oeuvre dans le cadre de nos objectifs précités fait l’objet d’une évaluation qualitative et quantitative.
L’évaluation de ces projets permet de mesurer les écarts entre objectif retenu et réalisation ou résultat obtenu.

Une évaluation annuelle

Elle sera présentée clans le cadre de la rédaction du rapport d’activité pour la période allant de septembre à août de l’année.
Le bilan d’activité annuel devra être remis pour le 30 Mars de l’année N + l.

Une évaluation par projet

Chaque projet spécifique faisant l’objet de la rédaction d’une fiche action fixant des objectifs, une évaluation qualitative et quantitative de chaque projet sera mise en oeuvre.

Les outils d’évaluation

Pour qu’une évaluation soit pertinente et efficace il faut être doté d’outils de mesure :

    Le rapport d’activité annuel,
    Les différents tableaux thématiques,
    Les fiches actions,
    Les fiches bilans d’actions,
    Les bilans intermédiaires.

Les fonctions de soutien et de support
La régulation    La supervision    La formation

•    Les réunions d’équipe

•    Les réunions institutionnelles

•    Fréquence    
•    Supervisions (avec intervenants externes ?)

•    Nature de la supervision (psycho, psycho-socio…)

•    Fréquence    
•    Les formations internes ad hoc

•    Les formations externes

•    Les formations qualifiantes

•    Les formations complémentaires

•    Colloques et journées thématiques

•    Contribution à la formation des stagiaires des écoles et instituts
    



















4.    Les moyens

















4.1.    Les moyens humains

Chaque équipe se compose de la manière suivante sous la responsabilité du chef de service, et par délégation du directeur général:

Fonction
Diplômes    Formations complémentaires    Formation
en cours    ETP    Type
contrat    Entrée dans l’association
Philippe DEKEIREL
Directeur    C.A.F.D.E.S.    Formateur en Thérapie Familiale        0,60    C.D.I.    02/10/2006
Equipe administrative et technique
Alexandre CHEYNS
Comptable    B.T.S.*            0,50    C.D.I.    10/05/2000
Gwladys LYSIAK
Assistante de direction    B.T.S.*            1    C.D.I.    16/10/2000
Sohela BALOUKI
Comptable    B.T.S.*            0,5    C.D.I.    21/02/2006
Bruno LEMAITRE
Agent d’entretien                1    C.D.I.    30/01/2006
Equipe éducative Epeule
Mustapha LOUGRADA
Chef de service éducatif    D.E.F.A.    Master I « Développement territorial «         1    C.D.I.    13/10/1995
François VANHALST
Animateur Socio-culturel    D.E.F.A.*            1    C.D.I.    01/06/2001
Isabelle LEROY
Poste A.L.S.    D.E.E.S.*        Formation longue à la thérapie familiale systémique    1    C.D.I.    24/01/2002
Mahdi SAKRI
Educateur Spécialisé    D.E.S.S.*            1    C.D.I.    01/07/2002
Claire AZZOUZI
Educatrice spécialisée    D.E.E.S.            1    C.D.I.    15/10/2002
Thierry POTVAIN
Animateur    DEFA
            1    C.D.I.    07/11/2003
Equipe éducative Cul de Four
Raymond CZARNECKI
Chef de service éducatif    D.E.E.S.*            1    C.D.I.    01/03/1987
Ahmed KHERMACHE
Animateur    D.E.F.A.*            1    C.D.I.    01/11/1997
Nordine LEUCHI
Animateur Socio-culturel    D.U.T.*
« Carrière social »            1    C.D.I.    09/11/1998
Laëtitia LOUVERGNEAUX
Educatrice spécialisée    D.E.E.S.*            1    C.D.I.    13/06/2000


Equipe éducative Trois Ponts
Fonction
Diplômes    Formations complémentaires    Formation
en cours    ETP    Type
contrat    Entrée dans l’association
Ahmed BRAHIMI
Chef de service éducatif    D.E.E.S.*            1    C.D.I.    02/05/2000
Elodie GRINDEL
Educatrice Spécialisée    D.E.E.S.*            1    C.D.I.    17/07/2002
Mourad CHIKHI
Educateur spécialisé    D.E.E.S.*            1    C.D.I.    01/06/2003
Mohamed BOURABAA
Educateur sportif    D.E.F.A.*            1    C.D.I.    12/04/2006
X en remplacement
½ Chef de service                1    C.D.I.    Fin d’année 2007



































    
FICHES DE POSTE : Fonctions et Missions


    Le directeur de l’association

En étroite collaboration avec le Président et le conseil d’administration le directeur :

-    assure les missions de directeur général,

-    développe la politique de l’association en référence aux valeurs associatives et aux orientations définies,

-    établit et suit les relations politiques avec les partenaires institutionnels,

-    participe à l’animation du réseau,

-    assied l’association dans son rôle d’acteur local dynamique et force de proposition,

-    anime, coordonne et contrôle le travail des cadres avec le souci de faire évoluer et d’adapter le service et l’établissement aux besoins,

-    supervise ou initie les choix pédagogique et éducatifs,

-    gère l’association, l’établissement et services en veillant à une évolution maîtrisée mais dynamique de ses finances, de ses ressources humaines et de son patrimoine tout en optimisant son organisation interne,

-    représente le Président et assure les obligations découlant des relations entre employeur et salariés sur le plan administratif et conventionnel du travail,

-    interpelle sur les besoins des publics et leur prise en charge et participe à l’évolution des réponses ainsi qu’à leur adaptation (schéma enfance),

-    développe une stratégie dynamique de communication pour diffuser dans son environnement un discours cohérent sur la complémentarité des démarches éducatives, sur les interventions et le ciblage fin des publics.

    
    Le Chef de service, Il a pour fonction :

-    anime la vie de l’équipe,
-    accompagne au quotidien l’équipe éducative dans son travail,
-    fait le lien entre son service et les partenaires,
-    vérifie la cohérence des actions,
-    rassure son équipe et de favoriser la prise d’initiative,
-    assure la bonne exécution du budget qui est alloué à son service,
-    organise le travail de son équipe,
-    fait le lien entre son service et l’association,
-    inscrit l’action de son service dans une politique territoriale,
-    organise les différentes évaluations du travail.


    
L’Equipe éducative

Placée sous l’autorité du directeur, tous les postes faisant fonction d’éducateur de prévention spécialisée sont, par délégation, sous la responsabilité du chef de service de l’équipe concernée ou tout autre cadre en cas de nécessité.

Puisque la fonction d’équipe repose sur la mutualisation des compétences individuelles, cette fiche de poste s’applique à tous les salariés occupants une fonction éducative, sans tenir compte de la grille de référence et de la classification statutaire retenue conventionnellement.

Cette fiche de poste pourra être complétée, si nécessaire, par un contrat d’objectif individualisé précisant les contraintes spécifiques ou particularités propre à un poste plus précisément.

Par contre, elle représente le dénominateur commun à tous dans notre association.

C’est le terme générique d’éducateur qui est retenu pour signifier cette fonction, représentée par un ensemble des qualifications diverses.

Chaque éducateur s’engage à mettre en œuvre une pratique éducative en référence à la méthode spécifique de la prévention spécialisée qui reste le cadre de référence principal de nos actions.

Cette méthode est précisée dans les textes de référence historique ainsi que dans les orientations départementales et dans le cadre de référence de l’Assemblée des Départements de France.

Par contre, tout ce qui est nécessaire à l’exercice de la mission doit être partagé, en interne, avec les responsables hiérarchiques de l’association, eux mêmes soumis aux mêmes obligations éthiques et déontologiques et rien de ce qui est utile à l’exercice des responsabilités professionnelles du chef de service ne doit lui être caché.

Soumis aux même obligations et, par délégation garant de leurs applications, le chef de service pourra décider de ce qui est diffusable ou non dans le travail de partenariat nécessaire à une bonne prise en charge des personnes (Notion de secret professionnel partagé).

Chaque éducateur est considéré comme capable d’une certaine autonomie et doit faire preuve d’une capacité à être responsable des actions mises en place.

A ce titre, il participe, non seulement à la mise en œuvre des décisions prises, mais aussi à l’élaboration de celles-ci.

Entre exécutant et acteur de changement, l’éducateur participe à l’amélioration des réponses à apporter aux usagers.
Participer à une décision, ce n’est pas décider, c’est le chef de service qui est et reste le seul garant auprès des membres de l’équipe éducative de la décision finale retenue et de son application.
C’est lui qui est responsable auprès du directeur des décisions prises.

    Fonction

La fonction d’éducateur en prévention spécialisé dans l’association « A.E.P. » nécessite impérativement l’adhésion au projet associatif, au projet du service, à la fiche de poste pour lequel le candidat est recruté.



    
Cette dernière regroupe 5 items principaux qui sont :

•    l’accompagnement éducatif individuel de jeunes et de familles en difficultés,
•    la proposition d’actions de socialisation pour les groupes,
•    La mise en œuvre ou la participation à des projets collectifs qui rentrent dans le cadre du développement social des quartiers.
•    Le travail en partenariat construit.
•    La coordination des acteurs locaux.

En outre, chaque éducateur s’engage à :

-    appréhender et de s’inscrire dans le projet Educatif et le projet de service de l’association,
-     s’impliquer dans la vie d’équipe,
-    Proposer des projets les rédiger et les mettre en œuvre,
-    Accompagner des jeunes et des familles en grande difficulté,
-    informer, d’orienter les publics en fonction des besoins,
-    faire l’inventaire des partenaires sociaux et de se faire connaître d’eux,
-    organiser des activités, séjour et de participer aux événements qui rythment la vie du quartier,
-    représenter son service dans le cadre de réunions techniques avec des partenaires, cette participation est conditionnée à l’accord préalable du Chef de service,
-    aller au devant des jeunes dans le cadre du travail de rue,
-    s’inscrire dans une démarche partenariale,
-    être force de proposition en terme de développement social sur le secteur où il intervient,
-    évaluer son travail,
-    rédiger des bilans d’actions

Les compétences

Les compétences de l’éducateur se déclinent sous la forme « d’Etre capable de ».
Par conséquent l’éducateur doit être capable de :

    Savoirs faire

-    Gérer de l’argent public,
-    Prendre soin du matériel,
-    Appréhender et s’inscrire dans le projet Educatif et le projet de service de l’association,
-    S’intégrer à une vie d’équipe,
-    Proposer des projets, les rédiger et les mettre en oeuvre,
-    Accompagner des jeunes et des familles en grande difficulté,
-    Informer et orienter les publics en fonction des besoins,
-    Faire l’inventaire des partenaires sociaux et de se faire connaître d’eux,
-    Se rendre disponible pour partir en séjour et sur des interventions en week-end,
-    Représenter son service dans le cadre de réunions techniques avec des partenaires, cette participation étant conditionnée à l’accord préalable du Chef de service,
-    Aller au devant des jeunes dans le cadre du travail de rue,
-    S’inscrire dans une démarche partenariale,
-    D’être force de proposition en terme de développement social sur le secteur où il intervient,
-    D’évaluer son travail,
-    Rédiger des bilans d’actions,
-    Accompagner et encadrer un stagiaire en formation.
    
Savoirs être

-    Etre dans une dynamique constructive et participative,
-    Avoir de la distance professionnelle, et ne pas s’impliquer sur le plan affectif personnel,
-    Etre capable de légitimer son statut d’adulte référent sur le secteur d’intervention,
-    Avoir le recul nécessaire en cas de tension,
-    Etre vigilant à la relation de dépendance dans les situations de suivi individuel.

Les responsabilités

Le champ des responsabilités est précisé dans le supplément des A.S.H. n°2433 du 9 décembre 2005 « la responsabilité des professionnels de l’action sociale » qui fait référence.

•    Chaque éducateur est considéré comme responsable de ses actes.
•    Il doit donc être en capacité d’apprécier les situations.
•    En cas de doute il doit prendre attache auprès de ses collègues et faire valider son choix par le chef de service.
•    En cas de manquement grave à cette règle, il engage sa responsabilité personnelle et devra répondre de ces actes devant les juridictions compétentes.

    La responsabilité civile

L’éducateur est responsable devant les juridictions ad hoc des jeunes qu’il encadre et doit s’assurer que les activités qu’il met en place sont organisées dans les règles définies par celle-ci (l’éducateur se voit déléguer en situation d’encadrement la responsabilité parentale). Il ne peut en aucun cas déroger à cette règle.
    
La responsabilité du matériel

L’éducateur doit prendre soin du matériel de l’association qu’il utilise (véhicules, ordinateurs, caméra, appareil photo). Il engage sa responsabilité personnelle en cas de négligence.

    La responsabilité financière

L’éducateur est amené par sa fonction à gérer de l’argent public.
Toutes ses dépenses sont validées par son Chef de service, elles doivent répondre aux règles comptables en vigueur.
Toute dépense doit être justifiée et être en rapport avec la mission.
Il ne peut en aucun cas engager l’association financièrement sur quelque projet que ce soit sans l’accord préalable de son Chef de service.
Toute dépense non-conforme sera rejetée.

Actualisation de la fiche de poste

La fiche de poste, comme tous les autres outils de gestion des emplois et ressources humaines, s’impose aux salariés.
Elle précise le sens du travail et les compétences attendues.
Elle pose un cadre minimal à la fonction d’éducateur.
Elle est de la responsabilité de l’employeur.




    
Néanmoins, l’association employeur a choisi de meure en place un mode de gestion participatif.
C’est pourquoi, cette fiche de poste, adossé complémentairement au projet de service, pourra être amendée à la dater de l’entretien annuel d’évaluation.

Celle-ci étudiera de façon bienveillante toutes les propositions allant dans le sens de  l’amélioration du travail à réaliser et pourra décider de les retenir ou non.


Les Fonds de roulement éducatif

Chaque équipe dispose d’une régie d’avance pour ses frais de contacts et dépenses courantes dans le cadre de ses missions, et de régies spécifiques pour les activités, les séjours ou projet spécifique.
Cette régie est sous la responsabilité du Chef de service qui tient le livre de compte et le remet au service comptabilité de l’association.

Les éducateurs sont donc amenés par fonction à gérer de l’argent public, toutes les dépenses sont validées par le Chef de service, elles doivent répondre aux procédures comptables.
Toute dépense doit être justifiée et être en lien avec leur mission.
Ils ne peuvent en aucun cas engager l’association financièrement sur quelque projet que ce soit sans l’accord préalable de leur Chef de service.
Cette responsabilité est compensée par une prime mensuelle spécifique.
Toute dépense non-conforme sera rejetée.    































4.2.    Les moyens matériels


Etat des lieux des locaux administratif et éducatifs



    ACTUELS    CONSTATS    SOUHAITS


SIEGE



    Superficie : 131 m2

Location L.M.H.

Loyer : 695,89 €    Trop petit exiguïté
Impossibilité de travailler
Pas de possibilité de stockage
Problème confidentialité employeur    Déménagement

Très urgent +++

Local éducatif


SECTEUR
EPEULE


    Superficie : 80 m2

Rez-de-chaussée indépendant
Espace Deschepper
Loyer à la ville de Roubaix
Demande de subvention municipale.    Local entièrement  rénové par la ville, avec :
-    Aménagement intérieur
-    - Mises aux normes (sécurité/Handicapés)     Manque un local sécurisé pour l’atelier vélo

Local éducatif



SECTEUR
TROIS PONTS

    Superficie : 75 m2

Rez-de-chaussée dans un collectif
Porte sécurisée
Location L.M.H.

Loyer : 301,01 €    Fenêtres et baies vitrées non sécurisées (stockage de matériel impossible intrusions fréquentes, problèmes de confidentialité du lieu et de la prise en charge du public)    Déménagement sur le secteur dans un local individuel dans le cadre de la requalification du quartier (projet A.N.R.U.)

Local éducatif



SECTEUR
CUL DE FOUR




    Superficie : 100 m2

Local sur deux étages

Location L.M.H.

Loyer : 291, 92 €    Local pas fonctionnel
pièces trop petites.

Cohabitation avec un locataire à l’étage

Pas de grande salle d’accueil et d’animation
Problème de stationnement (risque permanent d’accrochage)    Déménagement sur un autre local individuel
à envisager.






    
Le matériel

L’utilisation du matériel bureautique et informatique permet à l’équipe d’aider les jeunes dans leurs démarches ce qui est particulièrement utile en raison de la spécificité géographique du territoire et facilite la communication avec le siège situé à Roubaix.

Fond de roulement par service

Un compte spécifique avec chéquier est disponible, la responsabilité en incombe au chef de service. Les dépenses sont plafonnées, le chef de service rend les comptes lorsque la somme allouée est épuisée ou au moins chaque trimestre. Les dépenses sont discutées en équipe, en adaptation aux projets éducatifs. Le fond de roulement permet le remboursement rapide de petites dépenses engagées par l’un ou l’autre de l’équipe et d’assurer l’approvisionnement régulier des fournitures courantes liées aux activités éducatives.

Les véhicules

Trois véhicules de service sont à disposition des l’équipes, destinés principalement à l’accompagnement des jeunes et des familles, ainsi que pour se rendre à différentes réunions.
L’organisation de l’utilisation et l’entretien des véhicules sont gérés par le siège.


La formation

L’association, par le biais du plan de formation, veille à assurer l’adaptation aux postes et le développement des compétences dans l’application de la loi 2004 (Loi sur la formation tout au long de la vie). L’entretien annuel participe à l’analyse des besoins et à la pertinence des réponses.

Enfin, la possibilité de participer aux colloques, et la constitution de dossiers d’information à partir de revues spécialisées participent à l’enrichissement des membres de l’équipe.






















    
Les modes d’organisation

Sous délégation du Conseil d’Administration, le directeur de l’association dirige l’ensemble des services, et en assure la gestion administrative et financière.
Il développe la politique de l’association en référence aux valeurs associatives et aux orientations définies. Il établit et suit les relations politiques avec les partenaires institutionnels
Il anime, coordonne et contrôle le travail des cadres avec le souci d’adaptation à l’évolution du travail dans le champ du social et médico-social.

L’A.E.P. applique la Convention collective 66, et un accord d’entreprise 35 h qui prévoit le principe de la modulation pour tous les salariés. Un planning mensuel réalisé permet le suivi des horaires de chacun.
Des notes de service (usage des véhicules, politique d’accueil des stagiaires, politique associative de formation, règlement des séjours, accueil des nouveaux salariés, œuvres sociales) ont été travaillées en lien au Conseil d’Etablissement en vue d’un nouveau règlement intérieur, d’autres questions sont en projet, comme les fiches de postes. L’ensemble des documents participant à la démarche qualité, sera validé par le Conseil d’Administration 2007.

Le travail éducatif de Prévention Spécialisée s’organise autour de l’équipe, animée par le chef de service, garant auprès du directeur du bon fonctionnement du service dont il est responsable.
Il veille à fédérer l’ensemble des professionnels autour du projet, en reconnaissant la spécificité de chacun et en encourageant les initiatives.
Il représente au quotidien l’association auprès de ses partenaires, il est chargé de faire remonter au directeur toute information nécessaire permettant ainsi d’ajuster et d’adapter les actions de l’association sur la ville.

L’équipe fonctionne du lundi au samedi, en adaptant la souplesse de la modulation aux besoins du service, particulièrement aux besoins des accompagnements individuels. Les éducateurs sont amenés, selon les projets, à travailler en soirée ou le dimanche. Nous veillons autant que possible, à assurer une permanence tout au long de l’année (fermeture au maximum deux semaines).
Des plannings hebdomadaires adaptés à la modulation 35h sont réalisés afin d’analyse la durée du temps de travail de chacun et regroupés par équipe, permet un éclairage de la répartition des temps de travail et des rythmes annuels.

Des interventions auprès d’étudiants (I.R.T.S., E.E.S. et Institut Vauban de Lille, I.U.T B carrière sociale) et l’accueil régulier de stagiaires permettent la découverte de la Prévention Spécialisée.
La qualité de l’intervention éducative dépend de la qualité de la communication et de la réflexion à l’interne, pour cela, différents modes de fonctionnement sont institués.















Fonctionnement des services de l’A.E.P. – Territoire de Roubaix


    Les interventions des salariés sont modulables en fonction des impératifs du « terrain ». Nous optons donc pour un service continu qui repose sur la présence à l’année de deux éducateurs de manière continue, du Lundi au dimanche. Il y a néanmoins des choix d’équipes quand à une répartition des temps d’ouverture (cf tableaux).

Les tableaux des emplois du temps des trois services reflètent une base de fonctionnement hebdomadaire, qui s’adapte selon la prise en compte de temps forts : vacances, événementiel sur le quartier, gestion des tensions, continuité durant les périodes hors scolaires, mais également de départ en congés des salariés qui diminuent la présence sociale et le travail de rue...

Une seule équipe opte pour une fermeture du local de quinze jours pendant les deux mois d’été sur les trois équipes mais il y a un relais des suivis et de la présence sociale par les deux autres équipes présentes ainsi que l’accompagnement des demandes des jeunes. Ceci s’explique par le choix de faire plus d’actions collectives sur le quartier et de minis camps durant l’année.

Des amplitudes journalières particulières sont également liées aux séjours durant les périodes scolaires (organisation encadrée par un accord d’entreprise sur la modulation des heures et qui est annexé au projet de service).

Suivi des personnes sous main ayant des mesures judiciaires

    Jusqu’à aujourd’hui les données statistiques ne reflètent avec précision cet item qui sera pris en compte dans le rapport d’activité 2008 puisque nous avons modifié et compléter la base de données dans ce sens pour répondre aux attentes du département et s’adapter au projet travaillé collectivement par l’ensemble des clubs avec l’A.P.S.N.


























AMPLITUDE HORAIRE



















































    
PLANNING HORAIRE DETAILLE



















































    




















































    
Les réunions de cadres

    Réunion de direction

L’ensemble des cadres fonctionnels et hiérarchiques

-    Une fois par mois au siège,
-    Une fois par mois au C.T.R.

    Réunion Chefs de service de la prévention spécialisée (4)

-    Une fois par semaine


Les réunions

    La réunion d’équipe

Unr réunion d’équipe, par secteur animée par le chef de service, permet l’échange, l’information et la prise de décision sur les thèmes qui traversent le quotidien des éducateurs, ainsi que les projets mis en œuvre. Sont abordés les accompagnements individuels et les relations avec les partenaires, les bilans des actions pour établir le rapport d’activité annuel.
C’est également le lieu d’organisation pratique (agendas, prise de congés..). Un cahier de liaison permet de noter les informations et l’ordre du jour des réunions.
Les salariés en le consultant régulièrement peuvent ainsi se tenir au courant, même en cas d’absence.
L’association réfléchie sur la mise en place d’une supervision transversal et par équipe afin d’approfondir la connaissance du travail éducatif avec les jeunes.
 
Elle est hebdomadaire, elle a pour objectifs :

-    de faire le point sur les suivis,
-    de faire le point sur les projets en cours,
-    de se transmettre les informations diverses,
-    de faire le point sur les congés,
-    d’affiner le programme de la semaine à venir,
-    une fois par mois une partie de la réunion est consacrée au recueil d’information concernant le Bilan annuel.

    Les réunions spécifiques

-    Une réunion mensuelle de direction permet de travailler sur la dynamique des cadres et l’évolution des territoires
-    Des réunions thématiques sont organisées au siège pour l’ensemble du personnel éducatif de la prévention spécialisée tous les deux mois (réunion inter-équipes).

Des réunions de supervision ont lieu une fois par mois selon la demande des équipes transversales aux quatre équipes de la prévention.




    
Les réunions inter-équipes

A l’initiative du directeur, elles regroupent tout ou partie des salariés de l’association autour de l’organisation de l’association ou de  thématiques. Les rencontres des salariés de la Prévention Spécialisée sont organisées afin d’améliorer la connaissance des éducateurs du secteur social et éducatif. C’est dans ce cadre que la démarche d’auto évaluation continuera, par la réflexion autour des indicateurs nécessaires et d’outils communs.

    Les réunions externes

Chaque équipe dans la cadre de sont action sur le terrain et du travail partenarial, diverses réunion ont lieu dans chacun des territoires.

Les partenaires concernées :

•    U.T.P.A.S.
•    M.I.E. (Mission Locale, Plie, A.N.P.E.)
•    Collège
•    Comité de quartier
•    Association de quartier
•    Mairie de quartier
•    C.C.A.S.
•    G.E.S.
























    

 
L’organigramme partenarial


Actions collectives                Logement                    
Santé - Animation                                    
                    GRAAL                    
Niveau institutionnel    

                OASIS            Insertion Professionnelle
CIRM                     AFR                    
CPS                    ARCADIS            MIE Mission Locale    
CC.A.A.                    Home des Flandre
    Mission Locale        
Service Santé Ville de Roubaix            
        ANPE        
                                Atelier Génération Projet        
                                        
    Niveau quartier                                
    CS Nautilus            
                    
    L'Univers                            Accompagnement Individuel
    ASVJ                                    
    Astuce    
    
            U.T.P.A.S.        
    Alentour                            Reliance        
    Pôle Decheppers                
    Pôle de Lutte contre les exclusions CG
    CS Fresnoy                            CMP         
    AS 3ponts    
                    PJJ        
    CS 3ponts                            CAE        
                

        AGSS UDAF    
                                ADSSEAD        
Actions - Ponctuelles                                    
                                        
Séjour Eté                                        
Condition Publique                        Partenaires institutionnelles    
Les Comités de quartier                                
Fédération Départementale d'Athlétisme                    Ville de Roubaix        
Le LOSC                            Conseil Général        
Nouveau Planning Familial            A.L.S.E.S.            U.T.P.A.S.            
La Ville de Marcq-en-Baroeul                     Les Mairies de Quartier        
Ecole Legouvé             Collège Sévigné et Van der Meerch        La Maison de la Justice            
Mélissa                Association de parents d'élèves                
ESCRE                APSCO                        

 


A propos de

logoAEP

 

Nos réseaux sociaux

Contact

ASSOCIATION D’EDUCATION ET DE PREVENTION – A.E.P.
Siège social
65 Rue Nain
59100 ROUBAIX

Tel : 03-20-11-09-37
Fax : 03-20-70-27-43

 

aep.siege@wanadoo.fr